Le VR dans le sang depuis 1949

Il y a longtemps que le camping est dans le sang de Robert Rémillard! Cela n’est  pas une surprise, puisqu’il est pratiquement né dans l’industrie. Dès l’âge de 5 ans, il était pratiquement bilingue  grâce au fait que son père insistait pour qu’il joue avec les enfants anglophones du Hollywood Beach Trailer Park pendant les voyages familiaux en Floride.

 

Une industrie côtoyée depuis l’enfance

Il se souvient très bien de la concession de son père, à Saint-Luc. Même étant jeune garçon, il aimait l’entreprise et trainait au bureau de vente jusqu’à ce que les employés l’envoient jouer ailleurs.

Malgré tout, il a su en tirer plusieurs leçons : «Un agriculteur s’était déjà présenté ici, d’une tenue négligée, avec de la boue partout sur ses bottes», se souvient-il. «Les autres vendeurs l’avaient évité, disant qu’il était sans le sous. Mon papa s’en était occupé et lui avait vendu la plus grande roulotte sur le lot.»

Un succès qui s’est bâti en famille

Bien qu’il soit évident que l’ambition de Robert ait été inspirée par son père et son frère Larry, il attribue aussi une grande partie de son succès à son épouse, Carole, responsable du côté administratif de l’entreprise.

«Certaines personnes disent qu’il est difficile de travailler avec sa conjointe, mais cela peut être fait avec succès. La communication ouverte est un facteur clé, de même que la capacité de discerner l’entreprise du reste de votre vie commune. Lorsque nous rentrons à la maison, nous ne parlons pas de travail. »

Marié depuis près de 30 ans, le couple a lancé la concession en 1985, prenant ainsi la relève d’Armand, père de Robert et fondateur de l’entreprise en 1949.

 

Robert Rémillard, un père dévoué à la passion communicative Passionné de VR de père en fils

Bien que voué à sa carrière, Robert est aussi un homme de famille. Fanatique de sport, il s’est toujours dédié lors des nombreux événements sportifs dont ses enfants faisaient parti.

Son fils, Marc, joueur de football depuis l’âge de 9 ans, a porté fièrement les couleurs du Rouge et Or de l’université Laval, remportant ainsi deux championnat national en 2006 et 2008 en tant que receveur de passe. Il a maintenant terminé ses études et travaille à temps plein dans l’entreprise familiale en tant que directeur des ventes.

Sa fille, Julie, a obtenu une maîtrise en Administration à l’Université de Montréal et est, comme le dit son père, une «gazelle» de flag-football, représentant le Canada aux championnats mondiaux.

Un homme à l’écoute des besoins de sa clientèle

Ce qui caractérise véritablement Robert dans l’industrie, c’est ses nerfs d’acier. «J’ai écouté et grandi avec la demande du public», explique-t-il. «Je fais des critiques constructives pour l’industrie plus que quiconque. J’amène les gens à me dire quel est le problème avec leur véhicule récréatif et, en retour, je communique les idées aux constructeurs. Envoyer leurs ingénieurs en camping plutôt qu’à l’hôtel, en est un bon exemple. De cette façon, ils peuvent arriver avec de nouvelles idées novatrices pour la construction de leurs produits», mentionne-t-il.

 

Une entreprise impliquée socialement, qui redonne au suivant

Une partie de la mission de Robert est aussi de donner au suivant, non seulement dans l’industrie, mais aussi dans la société. «Ce métier merveilleux doit être rentable pour nous, mais il devrait aussi l’être pour la communauté. Cela dit, du temps et de l’énergie devrait être réinvestis dans la société. Les gens doivent s’impliquer», exprime Monsieur Rémillard.

Et s’impliquer, Robert n’y manque pas. Allant de son investissement personnel dans le football, les Chevaliers de Colomb et diverses associations de charité, il a récolté 25 000 $ pour l’hôpital Sainte-Justine, il y a de cela quelques années, et a récemment répété l’exploit dans la campagne «Meals For Kids». Avec l’ACVRQ, il a recueilli 14 000 $ pour la Fondation Rêves d’Enfants, ce qui est devenu un projet annuel pour lui.

Considérant qu’il se soit lancé dans la philanthropie il y a de cela peu de temps, le fait qu’il ait amassé plus de 80 000$ est impressionnant.

Un grand de l’industrie de la roulotte qui partage sa vision

Tout en aidant le premier président de la RVDA du Québec, Pierre Jutras, et Eleanor Powers (RVDA du Canada), Robert a joué un rôle crucial dans le démarrage de l’ACVRQ du Québec. Au cours des deux premières années, il a recruté 60 membres. «Le moteur», dit-il, «est d’amener les concessionnaires à travailler ensemble pour résoudre de nombreux problèmes. Nous sommes certainement plus puissants en tant que groupe. »

Nommé pour représenter le Conseil RVDA du Canada, il a apporté de nombreuses questions à la table, contribuant à divers projets, dont la création du Salon des véhicules récréatifs de Montréal. «Son grand succès est, entre autre, en raison de la RVDA du Canada et la RVDA du Québec», dit-il en parlant du Salon.

 

Un travail récompensé

Après toutes ses années de leadership et de détermination, Robert s’est vu recevoir le prix du concessionnaire de l’année au Canada en 2005! Un honneur dont il se rappellera longtemps…

Des ventes aux enchères pour la cause

Vous pouvez assister à une autre des compétences de Robert lors du « Canada Night » au salon du VR de Louisville : son talent pour la vente aux enchères. «Je puise beaucoup de satisfaction en la collecte de fonds des concessionnaires. Je considère ces gens comme étant les individus les plus généreux au monde. Pourquoi? Parce que tous les commerçants de véhicules récréatifs travaillent fort et dur, mais ils ont le cœur à la bonne place pour ce types d’activité de financement», souligne Monsieur Rémillard.

 

Une passion pour le VR qui est loin de s’éteindre

Finalement, au menu pour Robert, maintenant qu’il a reçu le titre du concessionnaire de l’année : «J’ai 58 ans, et je peux encore en donner pour longtemps dans ce domaine», dit l’homme qui souligne qu’il était pratiquement né dans la baignoire d’un véhicule récréatif.